Créer une boutique en ligne : Voici ce que l’on vous a caché

Envie de créer une boutique en ligne ? Lisez ceci pour ne pas perdre de l’argent bêtement.

J’ai souvent des entrepreneurs qui me contactent en disant qu’ils ont des produits (ou idées de produits) et qu’ils veulent juste mon aide pour créer une boutique en ligne et mettre leur business en pilote automatique. Bien au-delà du « comment créer une boutique en ligne », c’est surtout au niveau stratégie que le bas blesse.

Et souvent, lorsque je parle avec eux, je découvre la face cachée du iceberg. Et je m’aperçois , qu’ils foncent droit dans le mur. Mais ce n’est pas de leurs faute, voyez plutôt :

Boutique en ligne : pourquoi c’est tenant

Mettre en place une boutique c’est quasiment gratuit. Vous avez des logiciels en open-source (=gratuits) tels que prestashop qui peuvent être installés en un seul clic avec certains hébergeurs tels qu’OVH.

Ainsi, la seule chose dans laquelle il faut investir est un hébergement web + nom de domaine à un peu moins de 40 euros par an!

Voilà votre boutique est en ligne et prête en quelques clics et minutes…

Ensuite si vous voulez quelque chose de plus personnalisé, plus poussé, vous pouvez avoir recours aux thèmes personnalisés pour prestashop par exemple ou faire appel à un développeur et graphiste.

Cela vous coûtera peut-être dans les 100 à 200 euros pour des modifications mineures, et peut aller jusqu’à 1500 euros pour un thème de A à Z à votre sauce.

Mais tout ça , c’est du bonus.

Dans ma démarche de l’entrepreneuriat, vous n’y investirez qu’une fois votre boutique en ligne générant de l’argent.

Car chaque euro doit être dépensé avec intelligence.

Vous ne créez pas votre boutique en ligne pour votre ego et dire aux gens : tiens j’ai monté ma boutique en ligne, regarde.

Non, vous la créez pour générer du cash (désolé d’être aussi direct), rembourser vos dettes, payez vos facture, mettre de l’argent de coté, et libérer de votre temps.

Dans tous les cas, pour 40 euros vous pouvez avoir une boutique en ligne et indexer vos produits et accepter les paiements. Et du coup, la machine de guerre est prête à l’emploi.

Ce n’est pas encore une Ferrari, belle couleur, belle finition, mais une clio servira pour générer vos premiers euros et tester votre concept.

Dans tous les cas, créer une boutique en ligne est largement moins cher qu’une boutique physique…

Avec en prime la possibilité de toucher des millions de personnes.

Et oui, l’avantage d’internet c’est que tout le monde peut avoir accès à vos produits et services. Qu’ils soient en banlieue parisienne ou au fin fond du Bangladesh (à condition qu’il y ait une connexion internet bien évidemment) .

 

Boutique en ligne : Quels produits vendre ?

Donc pour récapituler : créer une boutique en ligne, c’est tentant, car ce n’est pas cher du tout à mettre en place. Mais voyons maintenant où cela ce corse…

Créer une Boutique en ligne : voilà plus difficile qu’on ne le pense ( et pourquoi 95% des personnes qui se lancent dans ça ne le savent pas)

OK, maintenant que vous avez vos produits en stocks, que votre boutique en ligne est créée… Il nous manque l’ingrédient majeur du business : LES CLIENTS.

Et lorsque l’on sait que les taux de conversion de bonnes boutiques en lignes sont de l’ordre de 1 à 2 % … nous allons calculer rapidement combien de visiteurs il vous faut pour atteindre un chiffre d’affaire décent…

Prenons comme exemple que vous faites une marge nette de 5 € (après avoir déduit vos charges, commissions paypal, dépenses acquisition clients, impôts, etc) sur le produit-phare que vous vendez.

Si vous souhaitez toucher au moins 1000 euros par mois de gains et que vous savez que vous avez un taux de conversion (= le nombre de personnes qui achètent vraiment lorsqu’ils visitent votre site) classique de 1%.

Il vous faut 200 ventes pour générer ces 1000 euros. ( 1000 / 5 = 200)

Bien.

Maintenant, avec votre taux hyper classique de 1 % (on se base toujours sur ce qui se fait sur le marché. Il ne faut pas être trop pessimiste ni trop optimiste dans ses prévisions), calculons rapidement le nombre de visites qualifiées journalières qu’il vous faut :

20 000 visites par mois

Soit 667 visites / jour sur votre site e-commerce.

Donc là déjà on commence à y voir un peu plus clair. Attirer 667 visites par jour de personnes intéressées par vos produits, ce sera votre premier objectif à atteindre, avant de même vendre quoi que ce soit sur votre boutique en ligne.

Ca peut paraître bizarre, voire totalement en contradiction de ce que l’on peut lire autre part.

Mais moi, ce que j’enseigne à chaque fois, c’est de diminuer les risques au maximum, sauf si vous faites du business pour l’ego, pour le glamour, ou si vous avez de l’argent en trop et que vous souhaitez juste créer un business pour dire « j’ai crée une boutique en ligne ».

Et je ne pense pas que ce soit votre cas.

Ce qu’il vous faut c’est du chiffre d’affaires. Point, barre.

Ce qu’il vous faut, c’est de dégager du bénéfice.

 

Attirer du trafic sur votre boutique en ligne : Les (fausses) solutions

Trafic et boutique en ligne : Google et Cie

Maintenant que nous avons défini le plan d’action clair : à savoir génerer 667 visites qualifiés par jour sur votre site internet, voyons ensemble comment atteindre cet objectif.

Vous comptez sûrement sur le référencement naturel (SEO) pour apparaître dans les premiers résultats de Google (utilisé à 90 % par les internautes en France, ce qui veut dire qu’il faut être visible là bas, et pas seulement sur Bing ou sur Yahoo ! ).

Mais le problème est que Google mettra du temps à vous référencer : 6 mois est un bon délai si vous mettez en place tout ce qu’il faut, comme il le faut dès le début.

Mais le pire, ce n’est pas d’attendre 6 mois, mais plutôt qu’il va falloir un travail de longue haleine pour que Google vous affiche dans une position, là encore décente (à savoir le top 3 des résultats de recherches sur vos mots clefs, le reste est irrelevant)

Donc là, quelles solutions s’offrent à vous ?

Prendre une BONNE formation dans le référencement (et vous retrouver à faire du référencement naturel… mais à la base vous souhaitiez vendre vos produits, non ?) ou faire appel à un prestataire.

Un bon prestataire et j’insiste sur BON prendra au moins 2500 euros à l’année.

Et oui, je vous disais que c’est un travail de longue haleine.

Du coup, on s’éloigne un peu du budget des 40 ans euros par an. Mais ça reste abordable.

Et vous pouvez trouver moins cher. J’ai trouvé moins cher en Inde, mais le problème c’est que ce genre de prestataire va faire plus de mal que de bien. Vous allez faire des économies, là où il ne le faut pas. Le référencement naturel, c’est très spécial, et ça requiert un expert. Et vous, dans votre cas précis, n’avez pas droit à l’erreur.

Dans le référencement internet de votre boutique en ligne la sous optimisation est fatale, la sur optimisation l’est aussi. Seulement un expert vous aidera à trouver le bon mélange.

Solution numéro 2 : Google (encore lui !) Adwords

Une autre solution est d’utiliser Adwords (pub payante de Google) pour attirer du trafic sur votre boutique en ligne.

Mais attention, cela peut vite vous coûter très cher, de même que la pub classique sur les autres sites.

De plus, là encore vous allez devoir faire appel à un expert qui connaît Adwords.

Car Adwords c’est compliqué. Il faut savoir rédiger de bonnes annonces, savoir qui et comment cibler, où faire atterrir le prospect…

Bref, il y a des gens qui ont pour simple boulot optimiser les campagnes pub sur Adwords.

Là encore, ne faites pas des économies où il ne le faut pas. Sur Adwords, vous pouvez perdre une tonne d’argent si vous ne savez pas optimiser vos annonces pour votre boutique en ligne.

Et nous voilà tombé dans le piège.

Ce que l’on ne vous avait pas dit est que l’e-commerce requiert, outre une stratégie très bien élaborée d’un point de vue logistique, des muscles de bodybuilder d’un point de vue visibilité.

Alors la boutique en ligne, vous avez vu c’est tentant, mais gare au mirage.

Le saviez-vous ?

J’ai développé une méthode en vidéo pour contourner tous ces problèmes, vous pouvez y accéder en cliquant ici.