Le TRADING en ISLAM: Halal Ou Haram?

Beaucoup de musulmans souhaitent faire du trading en bourse. 

Mais qu’en est-il réellement ?

Quel est le statut du trading en islam et quelles sont les fatwas à ce sujet ?

Est-ce un moyen halal ou haram pour gagner de l’argent et investir ?

C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Le trading: Qu’est-ce que c’est ?

Comme le disent les jurisconsultes en islam :

“Juger sur une affaire (dans le halal ou le haram) émane de la capacité à se la représenter ».

Il est donc primordial de savoir ce qu’est exactement le trading avant de se prononcer sur son statut.

La signification du mot trading

À la base, trader est un verbe anglais qui se réfère au fait d’acheter et de revendre des biens et des services.

À la base, c’est ainsi une activité totalement légitime et acceptée en islam.

En effet, qu’est-ce que le commerce si ce n’est de l’achat-revente ?

Le problème avec le trading en islam

Là où cela devient un peu plus compliqué, c’est lorsqu’on se penche sur la nature des biens ou des services qui sont vendus.

En effet, pour que le trading (ou le commerce) d’une chose soit permise, 

il faut se conformer aux règles du commerce en islam.

Parmi ces règles : le fait que la marchandise soit licite à la base.

C’est-à- dire qu’il n’y a pas de mal à trader du jus de raisin. Mais dès que celui-ci tourne et se transforme en vin, cela devient interdit.

Cette prémisse est importante à comprendre pour tout ce qui va suivre par la suite.

Premier point à respecter : pour qu’on puisse parler d’un trading halal, il faut déjà que le bien ou le service tradé soit licite à son origine.

Pourquoi “à son origine” ?

Car tout bien licite peut devenir interdit en fonction de l’utilisation que l’on va en faire.

Exemple :

Lorsque vous vendez un couteau, celui-ci peut très bien être utilisé pour couper des légumes, comme pour aller tuer quelqu’un.

Mais à son origine, le couteau est une marchandise tout à fait licite.

Donc si on vous parle de trader des actions de sociétés en bourse qui commercialisent des produits ou services interdits tels que :

  • de l’alcool, 
  • de la viande non-halal, 
  • des organismes bancaires qui ont recours au riba, 
  • etc. 

Cette première règle n’est donc pas respectée.

Mais ce n’est pas tout.

En effet, lorsqu’il s’agit de monnaie tel que les devises, l’or ou l’argent, d’autres conditions entrent en jeu tel que l’échange au comptant.

Le forex en islam

forex-islam

Le forex: c’est quoi?

Forex est un mot qui provient de la contraction des termes anglais Foreign et Exchange.

Qui veut littéralement dire “Change International”. 

C’est un marché sur lequel s’échangent des devises différentes.

Par exemple : euros contre dollars ou bien dollars contre livres sterling, etc.

 

Fatwa forex Ifta

Alors ce qu’il faut savoir à la base c’est que faire commerce avec le taux de change n’est pas interdit à la base tel que je l’avais déjà précisé dans une précédente traduction d’une fatwa du comité permanent de l’ifta.

 

En effet, il n’y a pas de mal à se rendre dans un bureau de change pour changer ses euros contre des dollars et ensuite revenir plus tard et faire la transaction inverse et ainsi dégager un bénéfice.

 

Mais la chose sur laquelle il faut faire attention c’est lorsqu’on fait du Forex en ligne.

 

Pourquoi ?

 

Car les règles ne sont pas exactement les mêmes. 

 

Petite explication : lorsque l’on échange différentes devises il y a un principe à respecter qui est le fait qu’il faut que la transaction soit effectuée au comptant (on the spot en anglais).

 

Mais qu’est-ce que cela veut dire ?

C’est-à-dire qu’au moment où vous vendez vos euros, vous devez être crédité de vos dollars.

 

Mais il y a autre chose également à comprendre c’est-à-dire qu’étant donné que les fluctuations entre les devises sont tellement insignifiantes d’un jour à l’autre (les pips),

c’est que si on veut réellement pouvoir dégager un bénéfice conséquent on a deux choix :

1) investir des sommes colossales ou 

2) utiliser ce qu’on appelle l’effet de levier.

 

Or, l’effet de levier comme nous allons le voir plus loin dans cet article, pose problème.

 

Faire du trading avec les actions en bourse en islam

Investir dans des actions en bourse en Islam est une question qui revient souvent. 

En effet l’avis des savants est partagé sur ce type d’investissement.

Mais avant cela il faut bien comprendre ce qu’est une action dans une entreprise. 

 

Une action – c’est quoi ?

Une action, n’est autre qu’un droit de propriété dans l’entreprise. 

Droit de propriété qui confère un droit de vote, d’assister aux assemblées générales, mais aussi de percevoir des dividendes.

 

C’est-à-dire que vous avez un droit dans cette entreprise à la hauteur des actions que vous possédez.

Donc c’est comme si une partie de cette entreprise vous appartenait.

 

C’est pour cela qu’il est important de savoir quelle est l’activité principale de la société. 

Mais ce n’est pas tout.

 

Il est également important de savoir quelles sont les pratiques utilisées dans ladite société.

À titre d’exemple :

– est-ce que la société investit dans des choses haram?

– est-ce qu’elle fait ou a recours au crédit à intérêt ?

– etc.

 

C’est ce que l’on appelle des sociétés “mixtes”.

Le trading des actions en bourse en islam

Une fois que l’on a compris ce qu’est exactement une action il est maintenant facile de comprendre pourquoi les savants en islam ont divergé par rapport au fait d’investir dans des actions d’entreprise en bourse.

 

Parce qu’il ne faut pas se le cacher :

La majorité des entreprises aujourd’hui sont catégorisées comme mixtes.

Donc étant donné que la personne qui détient une action est propriétaire (si ce n’est à une infime partie) de l’entreprise – c’est comme si on conférait le droit et que l’on acceptait ces pratiques prohibées par la shariah par procuration.

 

Fatwa investir dans des actions en bourse en islam

 

Il y a deux avis répandus des savants en islam sur les actions en bourse des sociétés dites “mixtes”. 

 

Parmi les savants il y a ceux qui autorisent cette pratique à condition de sortir une partie des bénéfices pour “purifier l’investissement”. Ils ont ensuite divergé sur la quantité à purifier.

 

Le second avis sur le fait d’investir dans des actions des sociétés mixtes est qu’il interdit d’investir dans les actions de ce type de sociétés. 

 

C’est l’avis d’une grande majorité des savants notamment au comité permanent de l’ifta (volume 14/ page 299), ou encore de l’académie internationale du fiqh islamique (numéro 6/ volume 2/1273).

Le trading avec eToro : Compatible en islam ?

Parmi un des sites les plus connus sur Internet pour faire du trading ? il y a eToro.

 

On peut y trader de tout, c’est-à-dire :

  • des actions
  • des indicateurs boursiers (ETFs)
  • des devises (Forex)
  • et également des crypto-monnaies.

 

Alors là, encore une fois, la première règle qui s’applique pour savoir s’il est permis d’utiliser ce service ou pas, c’est déjà de savoir si le produit ou le service dans lequel on investit est licite islamiquement parlant ou pas.

 

Mais il y a également une autre dimension à prendre en compte c’est la manière dont les trades sont effectués sur ce type de plateforme.

 

En effet, la majorité des plateformes de trading en ligne proposent ce que l’on appelle l’effet de levier ou marge (leverage ou margin en anglais).

 

Qu’est-ce que l’effet de levier en trading?

Cela vous permet de spéculer sur le prix d’une action et de miser de l’argent dessus sans réellement en avoir. 

Par exemple, si vous avez une mise de 10 euros, vous pouvez y ajouter une marge de 100%.

Donc au final, c’est comme si vous aviez misé 100 alors qu’en réalité vous n’avez misé que 10 au départ.

 

Ensuite si votre trade atteint ses objectifs, la plateforme va vous prendre un pourcentage non seulement sur la mise mais aussi sur le multiplicateur utilisé.

Le jugement de l’effet de levier en trading en islam

C’est donc un prêt de la part de la plate-forme qui récupère un bénéfice sur le prêt qu’elle vous accorde.

 

Or, réunir entre prêt et compensation n’est pas permis en islam notamment en vertu du hadith : “Il n’est pas licite de cumuler prêt et vente”.

 

C’est pour cette raison que ce type de trading avec effet de levier est haram à en juger l’Académie du Fiqh islamique dans sa décision rendue publique du 10-14/3/1427 (8-12 avril 2006) et qui peut être retrouvé dans le recueil des décisions au en page 229 du volume 22.

 

Le trading des crypto-monnaies en islam (Bitcoin, Ethereum, etc).

 

Les cryptos ne se valent pas. Pourquoi? Car chaque crypto-monnaie a un but spécifique (à la base…). 

Par exemple, le Bitcoin -au départ- est une crypto-monnaie qui permet de stocker de la valeur et également de faciliter les transactions.

Mais il existe d’autres crypto-monnaies qui ont des buts bien plus spécifiques. 

C’est totalement le cas avec ce que l’on appelle les “altcoins”.

Par exemple, il existe des crypto-monnaies spécialisées dans le financement à intérêt tel que Yearn Finance.

Ou bien il existe des crypto-monnaies qui à la base offrent des services qui sont permis tels que le fait de faciliter des paiements tels que le XRP de Ripple. 

Ou bien de donner des solutions et d’utiliser la blockchain à des fins spécifiques aux besoins des entreprises tels que SYSCOIN.

De ce point de vue là, le trading en islam de toutes les crypto-monnaies ne se valent pas. 

En effet, les cryptos qui -à la base- proposent un service qui est illicite en Islam (tel que le financement par intérêt) ne peuvent donc pas être acceptées comme tel.

Et le trading qui en découle non plus.

C’est en ce sens que va la fatwa de Shaykh Abdullah Al-Sulami, connu pour ces fatwas dans les transactions contemporaines en islam.

D’autres savants tels que le Shaykh Souleymane Ar Rohayli ont interdit l’utilisation (et donc le trading) des crypto monnaies.

 

Conclusion : trading islam avis et fatwa

La première chose sur laquelle il faut s’assurer lorsque l’on veut se lancer dans le trading c’est déjà de partir sur des biens ou des services qui sont halal (licites islamiquement parlant). 

Également d’autres règles dans les transactions commerciales en Islam sont à respecter en fonction de la nature de ce qui est tradé: s’il s’agit de devises notamment, il faut que cela soit fait au comptant.

De plus, une grande attention doit être portée aux pratiques utilisées par le trader et les titres dans lesquels il investit (telles que les effets de levier et toutes autres pratiques qui entrent dans le Riba) sont à bannir.

Ceci est donc une compilation de plusieurs fatwas et avis sur le sujet du trading en bourse en islam que j’ai essayé de simplifier au maximum afin qu’il puisse être bénéfique pour tous.

 

Pour résumer, on peut dire que réunir les conditions pour un trading halal est difficile pour un novice, et qu’il vaudrait mieux dans le doute, s’abstenir car le trading est un monde rempli de subtilités. 

 

Et Allah Sait mieux.

 

Si vous êtes à la recherche d’un moyen pour gagner votre vie de manière licite et stable, sachez que vous avez droit à un atelier de formation offert en cliquant sur l’image ci-dessous :

 

formation-al-rizq